7 septembre 1695 : Prise du Ganj-i-Sawai par Henry Avery

En couverture : Henri Avery capturant le Ganj-i-Sawai le 7 septembre 1695

Il y a un peu plus de trois siècles, des pirates anglais réalisaient l’un des vols les plus lucratifs de l’Histoire, au détriment de l’Empereur moghol, maître de l’Inde. L’AMA vous propose de revenir sur cet épisode qui s’inscrit dans l’âge d’or de la piraterie.

drapeau

Couleurs de l’Empire moghol et Jolly Roger d’Henry Avery

À la fin du XVIIe siècle, l’Empire moghol connait un âge d’or. Sous le règne du sixième Grand Moghol Muhi-ud-Din Muhammad (1618-1707), également appelé Aurangzeb, l’Empire englobe le sous-continent indien (à l’exception des provinces modernes de Kerala et Tamil Nadu) et l’Afghanistan pour une population avoisinant les 160 millions d’habitants. L’Empereur perçoit un revenu annuel équivalant à 450 millions de dollars actuels, dix fois plus que son contemporain Louis XIV ; l’économie moghole est la première du monde, accaparant près d’un quart du commerce global.  Aurangzeb entretient des relations diplomatiques avec la plupart des grandes puissances de son temps, notamment la Perse safavide, l’Empire ottoman, le royaume de France et la Couronne britannique.

À la même époque, l’âge d’or de la piraterie bat son plein. En méditerranée, sur les côtes caribéennes, africaines et jusque dans l’Océan indien, des marins mécontents de leur sort se mutinent, élisent un nouveau capitaine et s’en prennent aux navires marchands. Ces pirates ne reculent devant aucune méthode pour s’enrichir rapidement, s’alliant parfois pour s’en prendre à de plus gros navires, voire des villes, quelles que soient leur allégeance. Bien que sévèrement réprimé par les différentes flottes nationales, ce mouvement n’a rien perdu de son importance lorsqu’Henry Avery et ses hommes décident de s’y adonner.

Né en 1659 dans la périphérie de Plymouth, ville de la région anglaise du Devon, Henry Avery fait ses armes dans la flotte britannique. En 1690, il est congédié de la marine royale et se reconvertit brièvement dans le commerce des esclaves sur les côtes d’Afrique de l’Ouest. Au printemps 1693, Avery rejoint en tant que second le Charles II, navire faisant partie d’une expédition à destination de l’Espagne puis des Caraïbes pour revitaliser le commerce et s’attaquer aux navires français.  Cependant, les marins sont retenus dans le port de La Corogne sans être payés pendant plusieurs mois ; face au refus des dirigeants de la flotte d’accéder à ses demandes, l’équipage organise une mutinerie. Au début de mai 1694, le Charles II quitte l’Espagne avec Avery pour nouveau capitaine, qui le rebaptise le Fancy.

Henry Avery convainc son équipage de partir pour l’Océan indien ; longeant la côte africaine, il commet ses premiers actes de piraterie. À l’été 1695, le Fancy a rejoint le détroit de Bab el-Mandeb, au large de Djibouti. Avery a entretemps entendu parler du pèlerinage annuel des musulmans de l’Empire moghol : ceux-ci se déplacent en un large convoi, qu’il décide d’attaquer. Il recrute cinq autres équipages pirates anglais croisant dans la zone, dont celui de Thomas Tew (1649-1695), déjà célèbre pour ses actes de piraterie dans la région depuis plusieurs années.

Début septembre 1695, le convoi maritime moghol est repéré au large du détroit. Parmi les 25 navires, le Ganj-i-Sawai (« le Trésor débordant ») ou Gunsway, navire marchand de 1 600 tonnes, quatre-vingts canons, avec à son bord mille passagers dont quatre cents mousquetaires. Face à cette armada, Avery ne possède que cinq navires et un peu plus de 400 hommes ; certains sont perdus dès le début de la chasse, dont Thomas Tew et son équipage après que le capitaine du Amity ait été fauché par un canon.

Pourtant, Avery et ses hommes s’emparent d’abord du Fateh Mohammed, un navire de 600 tonnes et 46 canons, avant de rattraper le Gunsway à huit jours de voyage des côtes indiennes. Avec le soutien de deux des navires pirates restants et le reste du convoi moghol laissé loin derrière, Avery joue d’emblée de chance dans l’engagement avec son adversaire : sa bordée initiale immobilise le Gunsway et fait exploser l’un des canons principaux. Galvanisés, les pirates anglais abordent le navire moghol qui résiste plusieurs heures avant de déposer les armes.

gunsway

Représentation de la capture du Gunsway par Avery en 1837

Entre le Fateh Muhammed et le Gunsway, les assaillants capturent plus de 500 000 pièces d’or et d’argent ; en plus des pierres précieuses et du reste du butin, la fortune acquise est estimée à plus de 650 000 livres sterling de l’époque, soit environ 400 millions de dollars actuels. L’équipage et les passagers survivants du Gunsway sont ensuite soumis à la cruauté des vainqueurs pendant plusieurs jours, avant que ces derniers ne se retirent avec leur butin.

Les conséquences du raid d’Avery sont désastreuses pour les relations entre l’Angleterre et l’Empire moghol : Aurangzeb se retient de peu d’ordonner le siège de Bombay, sous contrôle britannique, où des ressortissants anglais échappent de justesse à des émeutes populaires. La Compagnie des Indes britanniques accepte de dédommager l’Empire, et organise sur demande de l’empereur la première chasse à l’homme mondiale de l’histoire.

De son côté, Henry Avery parvient à s’échapper avec l’intégralité du butin moghol sans le partager avec les autres équipages pirates, avant de rejoindre l’île de la Réunion. Là-bas, chacun des marins du Fancy reçoit une part équivalente à 1 000 £. Par la suite, le destin de ces pirates varie : certains sont capturés et exécutés, d’autres quittent l’Océan indien pour les Amériques ou pour revenir en Europe. Le sort du capitaine Avery lui-même est incertain : certains affirment qu’il aurait fondé la colonie pirate de Libertalia à Madagascar, d’autres qu’il serait mort dans le dénuement en Angleterre, et d’autres encore qu’il aurait profité de sa fortune mal acquise jusqu’à la fin de ses jours.

Cédric Legentil

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :