Collaboration A.M.A. / E.S.M.A.

La collaboration de l’Association de la Sorbonne pour les Mondes Asiatiques et des Étudiants de Panthéon-Sorbonne pour les Mondes Africains est lancée. Un mois durant, six étudiants ont travaillé main dans la main sur les relations afro-asiatiques du point de vue de l’Afrique d’une part et de l’Asie d’autre part.

29405282_223609478188611_526609533_o

Un travail d’équipe

Le travail est divisé en trois volets: historique, culturel et actuel. Mathilde pour l’AMA et Romain pour l’ESMA se sont plongés dans le passé à la recherche d’explorateurs qui ont fait le chemin dans un sens comme dans l’autre entre l’Asie et l’Afrique. Ensuite Xavier pour l’AMA et Mathieu pour l’ESMA se proposent de nous faire réfléchir sur la question des migrants africains en Asie. Une réflexion agrémentée d’un entretien avec madame Mireille Mouelle, présidente du Conseil International des Bi-culturels, Francophones et des Francophiles. Enfin Darius pour l’AMA et Akli pour l’ESMA se sont concentrés sur la diaspora indienne en Afrique, entre richesse culturelle et dérives politico-économiques.

En somme, ce travail d’échange, outre l’enthousiasme qu’il nous a suscité, s’inscrit dans une démarche de réflexion sur l’altérité en confrontant des points de vues différentes sur les relations entre ces deux continents.

L’association de la Sorbonne pour les mondes Asiatiques présentée par l’E.S.M.A.

Des étudiants fascinés par l’Asie se sont réunis en début d’année (2017) pour créer l’Association de la Sorbonne pour les Mondes Asiatiques. Depuis ils partagent et travaillent ensemble pour faire connaître les petites particularités qui forment l’ensemble très riche des cultures asiatiques. Entre conférences, citations, articles culturels, réflexions sur le monde politique en Asie, il y en a pour tous les goûts. L’A.M.A vous propose bien plus que des voyages, des pérégrinations au coeur de l’Asie; son contenu est bien loin des chinoiseries (terme qui évoque l’attrait du collectionnisme pour les objets et architectures provenant d’Extrême-Orient, plus que de Chine en particulier) habituelles qu’on connaît depuis l’époque moderne.

Les Etudiants de Panthéon-Sorbonne pour les Mondes Africains présentés par l’A.M.A.

L’ESMA (Etudiants de Panthéon-Sorbonne pour les Mondes Africains) a pour mission de promouvoir le continent africain auprès du public étudiant, sous tous ses aspects : politique, économique, sociétal, culturel… Fondée en 2017 par de jeunes passionnés de l’Afrique, cette association est la plateforme idéale pour toute personne désirant diversifier ses connaissances sur cette vaste aire géographique.

L’Afrique vue de l’Asie

L’Afrique tient désormais une place majeure dans la politique extérieure chinoise. Reposant sur un pragmatisme économique et une affirmation de sa puissance sur la scène internationale, la stratégie chinoise n’est pas unique à la Chine. En effet, elle n’est pas la seule puissance à avoir des intérêts en Afrique, les pays d’Asie du Sud-Est, à la recherche de ressources naturelles, de marchés pour leurs produits et d’opportunités d’investissement, sont de plus en plus présents sur le continent africain et deviennent des acteurs économiques de premier plan. De plus, les relations entres les deux continents se sont inscrites dans une histoire multiséculaire de contacts maritimes et d’expéditions terrestres. Les échanges économiques et culturels ainsi que la présence asiatique en Afrique sont loin de dater de la période contemporaine, les diasporas chinoises et indiennes sont présentes en nombre depuis le XIXème siècle; permettant de créer à la fois des opportunités économiques mais également une identité culturelle spécifique.

L’Asie vue de l’Afrique.

L’évocation des relations afro-asiatiques nous fait penser directement à la présence récente de la Chine sur le vieux continent. Ce n’est là qu’un cliché parmi tant d’autres, la présence asiatique en Afrique peut être retracée loin dans le passé. En effet, avant même que les Européens découvrent les rives de l’Afrique de l’Ouest et le Golf de Guinée, il existait déjà un réseau commercial intense en partance de la côte Swahili (Est de l’Afrique). Par ailleurs, La Chine n’est pas le seul État présent en Afrique, on oublie souvent les liens qui unissent les africains au Vietnam par exemple ou encore la présence discrète mais fort nombreuse d’Indiens sur la côte Est et en Afrique Australe. On a souvent tendance à minimiser le fait que Gandhi s’est confronté la première fois au colonialisme britannique en Afrique du Sud. Aujourd’hui les enjeux d’une telle relation sont tout autres et ont déjà permis aux États africains de s’émanciper ainsi que d’avoir du poids par rapport aux partenaires commerciaux traditionnels. Par ailleurs on assiste progressivement à des mouvements migratoires de plus en plus importants de populations africaines vers l’Asie. D’un part cela peut s’expliquer économiquement et d’autre part cela peut s’expliquer par l’attrait culturel de l’Asie et le durcissement des politiques migratoires des destinations “classiques”.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :