Point Actualité du 19 novembre 2017

Point actualité #1

Ce début de mois de novembre en Asie a été marqué par la tournée diplomatique de Donald Trump qui s’est rendu successivement au Japon, en Corée du Sud, en Chine, au Vietnam pour le sommet de l’APEC et aux Philippines. Lors de cette tournée asiatique, le 45ème président américain a réaffirmé sa position selon laquelle les États-Unis doivent retrouver un équilibre commercial. Après avoir retirer les États-Unis du TPP, traité multilatéral élaboré par Obama consistant à éloigner commercialement la Chine des autres pays asiatiques, le but de cette tournée était de conclure une série de deals profitant aux États-Unis.

Pour son premier point actualité, SMA revient sur ces différentes visites ainsi que sur les  événements qui se sont déroulés dans la région depuis fin octobre.

🇲🇲 BIRMANIE 🇲🇲

L’ONU tente de faire pression sur la Birmanie sur la crise des réfugiés Rohingyas, minorité apatride, discriminée, persécutée qui fuit le pays en masse (environ 900 000 réfugiés) vers le Bangladesh. Il s’agit selon les humanitaires présents de l’exode le plus massif et surtout le plus rapide depuis la Seconde Guerre Mondiale. Ces derniers accusent la Birmanie d’avoir tenté un génocide contre le peuple Rohingyas. Le Conseil de Sécurité a voté à l’unanimité une déclaration condamnant les violences dans le pays.

La désormais très décriée Aung San Suu Kyi a dénoncé les pressions de l’ONU tout en réaffirmant la volonté de la Birmanie de discuter avec le Bangladesh afin de résoudre la crise. Cependant il ne faut pas oublier que la prix Nobel de la paix birmane doit tenir compte de l’oligarchie militaire qui tient la Birmanie d’une main de fer.

Après avoir qualifié les exactions des forces birmanes à plusieurs reprises de crimes contre l’humanité dans des déclarations et des communiqués de presse, Human Rights Watch vient de publier jeudi un nouveau rapport « « All my body was pain  » : Sexual violence against Rohingya Women and Girls in Burna » dans lequel l’ONG dénonce les viols généralisés et les violences infligés aux femmes rohingyas, témoignages à l’appui.

Le rapport complet et l’article de Human Rights Watch, disponibles ici:  https://www.hrw.org/fr/news/2017/11/16/birmanie-viols-generalises-de-femmes-et-de-filles-rohingyas

🇰🇭 CAMBODGE 🇰🇭

Ce jeudi 16 novembre, la Cour suprême cambodgienne contrôlée par le régime de Hun Sen a délibéré en faveur de la dissolution du Cambodge national rescue party (CNRP), principal parti d’opposition. Cette décision fait suite à une série de répressions à l’encontre des membres du CNRP accusés de « trahison et d’intelligence avec l’ennemi », des ONG et des médias. Le but de Hun Sen, au pouvoir depuis 1982 et ancien khmer rouge, est clair: mettre fin à la fragile et illusoire démocratie cambodgienne à l’approche des élections d’aout 2018.

🇨🇳 CHINE 🇨🇳

Le 19ème congrès du PCC qui s’est tenu du 18 au 24 octobre a confirmé le second mandat de Xi Jinping à la tête de la Chine. Ce dernier a réussi à inscrire sa « pensée » dans la charte du parti au même titre que Mao Zedong et Deng Xiaoping. À l’encontre des traditions, il n’a pas désigné de successeur et se positionne déjà pour un troisième mandat.

La presse mondiale (« Le Monde », « Le SCMP », « Le New York Times ») évoque « l’opportunité Trump » pour la Chine qui serait un « cadeau » inespéré pour les ambitions chinoises. Trump et Xi ont évoqué tous les deux la signature d’un accord commercial de 250 milliards de dollars.

http://www.lemonde.fr/international/article/2017/11/09/visite-a-pekin-donald-trump-est-un-cadeau-inoui-pour-la-chine_5212783_3210.html

Après la plus grande entrée en Bourse de l’histoire en 2014, le groupe Alibaba bat un nouveau record, en vendant grâce à son site en ligne « Taobao » plus de 25 milliards de dollars de marchandises. En Chine le 11/11 (十一十一)est devenu l’équivalent du Black Friday, les Chinois profitent des rabais conséquents que proposent l’entreprise de Jack Ma.

 🇰🇵 CORÉE DU NORD 🇰🇵

Les tensions avec les États-Unis en Corée du Nord ne redescendent pas. Kim Jung Un a déclaré que la tournée asiatique du président des États-Unis était une provocation qui pourrait entraîner une « guerre mondiale nucléaire ». Trump lui a répondu depuis Séoul en qualifiant la Corée du Nord « d’enfer ».

Cependant, Trump affirme avoir eu une discussion franche avec Xi Jinping sur la Corée du nord, une discussion qui pourrait faire avancer le dossier nord-coréen dans lequel Pékin joue un double-jeu selon les Etats-Unis en n’appliquant que partiellement les sanctions économiques. Pékin détient donc toujours la clé du « casse-tête chinois » que représente la situation nord-coréenne.

🇯🇵 JAPON 🇯🇵

Fort de sa réélection sur laquelle nous reviendrons dans notre premier café-débat, Shinzo Abe a tenu a réaffirmé sa relation privilégiée avec les États-Unis de Donald Trump autour d’une partie de golf. Trump a tout de même tenu à rappeler que les États-Unis seront toujours la première puissance économique mais que le Japon pourrait être la « deuxième ».

Abe s’est aussi entretenu avec Xi Jinping, les deux dirigeants veulent une nouvelle relation évoquant tout deux un « nouveau départ » après les multiples provocations d’Abe quant à la mémoire des victimes des crimes de guerre japonais lors de la Seconde Guerre mondiale, des provocations qui ont sérieusement entaché les relations sino-japonaises ainsi qu’avec la Corée du Sud.

🇮🇳 INDE 🇮🇳 et 🇵🇰PAKISTAN🇵🇰

La pollution atmosphérique est devenue un phénomène endémique en Inde et au Pakistan. Cela fait en effet plusieurs jours que la capitale indienne New Delhi mais aussi Lahore, capitale de la province pakistanaise du Pendjab, sont recouvertes d’une épaisse couche de brouillard qui ne semble pas se dissiper. La concentration de particules fines par mètre cube d’air est largement supérieure aux recommandations émises par l’OMS et les effets de cet air pollué ont de lourdes conséquences sur la santé des habitants.

Cette situation d’urgence sanitaire ne semble pas faire réagir outre-mesure le gouvernement indien qui, par la voix de son ministre de l’Environnement, relativise ces taux records de pollution atmosphérique. Cette nocivité inégalée de l’air s’explique par la combinaison de plusieurs facteurs : la circulation de millions de véhicules, la pratique du brulis agricole dans les provinces avoisinantes et les émissions polluantes des usines à charbon. À cela s’ajoute un épisode anticyclonique empêchant la dispersion de ces particules fines.

Cette passivité du gouvernement indien contraste avec les mesures prises par le pouvoir chinois, confronté à ces mêmes enjeux de santé publique, pour limiter les taux de particules fines. Deux ans après l’accord de Paris sur le climat en 2015, on constate que le dilemme des pays émergents est toujours le même entre croissance économique et besoins énergétiques.

🇵🇭 PHILIPPINES 🇵🇭

Après cinq mois de bataille contre les djihadistes du groupe Maute installés dans l’île de Mindanao, le ministre de la défense philippin a annoncé la fin des combats et le retrait des troupes gouvernementales.

Le 9 novembre au sommet de Danang au Vietnam, lors d’un discours de promotion de sa guerre sanglante contre la drogue et les cartels,  Rodrigo Duterte a déclaré qu’à 16 ans, il avait déjà tué quelqu’un, « une vraie personne, une baston, des coups de couteau. J’avais seulement 16 ans. C’était pour un simple regard. ». Connu pour ses déclarations explosives et provocatrices qui lui valent d’être comparé à Donald Trump par les médias occidentaux, il s’est ensuite empressé d’ajouter « Combien de plus maintenant que je suis président ? ».

Quelques jours plus tard pour la dernière étape de sa tournée asiatique, Trump donnait son soutien à cette guerre anti-drogue et a confirmé l’engagement des deux pays pour la paix en Asie autour de leur alliance militaire et historique. La relation États-Unis – Philippines qui fut sérieusement bousculée par les déclaration de Duterte à l’encontre d’Obama – Duterte l’avait insulté de « fils de pute » l’année dernière – semble se réchauffer, le président Trump allant jusqu’à affirmer avoir une « une relation formidable » avec son homologue philippin.

Pour en savoir plus sur la guerre anti-drogue de Rodrigo Duterte et ses conséquences ainsi que sur la bataille de Marawi, 2 publications d’Amnesty International: 

🇻🇳 SOMMET DE L’APEC AU VIETNAM 🇻🇳

Du 5 au 11 novembre se tenait le sommet annuel de la Coopération économique pour l’Asie-Pacifique (Apec) à Da Nang. Le gratin des leaders régionaux était présent: Xi Jinping, Shinzo Abe, Vladimir Poutine, Rodrigo Duterte et Donald Trump.

Le forum de l’Apec 2017 a affirmé sa volonté de faire de l’Asie une région prospère en s’engageant à lutter contre les pratiques commerciales déloyales sous la pression des États-Unis de Trump. Ce dernier a déclaré vouloir se poser en « bon arbitre » afin de trancher les revendications multiples et chaotiques en mer de Chine méridionale qui pourraient dégénérer en crise régionale.

Darius Riazi, Xavier Seurre & Mathilde Casteran

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :